Caractérisation d'une nouvelle population cellulaire susceptible au VIH

Les équipes des Drs Philippe Benaroch et Florent Ginhoux ont caractérisé une nouvelle population de cellules précurseurs des cellules dendritiques dans le sang ; qui est susceptible à l’infection par le virus VIH. Le Dr Nicolas Ruffin, jeune chercheur financé par Sidaction est 1er auteur de ce travail publié dans la revue PNAS.
Publié le 23.10.2019.

Les cellules dendritiques sont des acteurs important de la réponse immunitaire contre les agents infectieux. Ces cellules sentinelles patrouillent dans tout l’organisme à la recherche de pathogène. Suite à la reconnaissance d’un virus, ces cellules vont activer la réponse immune adaptative visant à l’élimination du pathogène.
Dans le cadre de l’infection VIH, ces cellules dendritiques sont aussi susceptibles au virus, mais à de plus faible proportion que les lymphocytes T ou les macrophages.

En 2017 l’équipe du Dr Ginhoux, en collaboration avec celle du Dr Benaroch, a caractérisé une nouvelle population de précurseurs de cellules dendritiques. Suite à cette découverte, les deux équipes de recherche ont étudié le profil de ces précurseurs dans le cadre d’une infection par le virus VIH.
Les analyses menées par le Dr Nicolas Ruffin et ses collègues montrent que ces cellules précurseurs sont capables de capturer efficacement le VIH et de s’infecter. Dans la cellule, les virus se multiplient et s’accumulent dans un compartiment interne où ils semblent protégés. L’infection de ces cellules est favorisée par le récepteur Siglec-1, exprimé de manière constitutive à la surface des cellules précurseurs. Ce récepteur facilite l’attachement et la fusion des particules virales avec la cellule. Mais ce n’est pas son seul rôle, puisque les analyses montrent que ce récepteur permet également le transfert de virus à d’autres cellules, comme les lymphocytes T, cibles privilégiées du VIH-1.

Cette population sanguine de précurseurs de cellules dendritiques pourrait donc participer à la dissémination de l’infection dans tout l’organisme. Au vu de son rôle majeur dans les précurseurs, le récepteur Siglec-1 pourrait représenter une nouvelle cible thérapeutique.