Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections - CROI 2014

Du 3 au 6 mars 2014 à Boston c’est la grand-messe de la recherche sur le VIH.
Publié le 10.03.2014.

Organisée chaque année sur le continent américain : la CROI, conférence sur les rétrovirus et infection opportunistes, accueille ces jours-ci plus de 4000 chercheurs, venant de 85 pays différents, annonçait Kevin de Cook (Centers for Disease Control and Prevention, Nairobi, Kenya) lors de la session d’ouverture. Une rencontre qui reste toutefois très états-unienne et centrale pour faire le point sur la recherche fondamentale et clinique sur le VIH. 

Sur le VIH, mais pas seulement, l’hépatite C n’a jamais été aussi présente à la CROI, qui en est à sa 21e édition. La prise en charge de l’infection par le VHC vit, en effet, un tournant avec l’arrivée d’antiviraux agissant directement sur le virus (nommés AAD pour  antiviraux à action directe). Une stratégie inspirée de la lutte contre le VIH.

Ainsi, l’essai de phase 3 PEARL III montre une très grande efficacité avec l’association de 3 molécules (ABT-450 : inhibiteur de la protéase du VHC, ABT-267 : inhibiteur de la protéine NS5A du VHC et ABT-333 : inhibiteur non-nucléotisique de la protéine NS5B du VHC) et engendre une charge virale indétectable chez 99 % des patients inclus dans l’étude (tous en phase chronique et non-cirrhotique et « mono-infectés ») après 12 semaines de traitement. Très plébiscité aussi, les résultats de l’essai SYNERGI. Il implique le sofosbuvir en association avec deux autres molécules est permet de supprimer la charge virale VHC en 6 semaines.

Nouvelle aussi dans le programme de la CROI, la place donnée à la recherche pour la rémission du VIH et aux réservoirs. On oublierait presque que l’intérêt pour ces derniers est récent et a connu un véritable « boost » l’an dernier dans la communauté scientifique avec l’arrivée de la notion de Post-Treated controller (PTC, le cas des VISCONTI, personnes ayant initiées un traitement tôt et qui après arrêt des traitements maintiennent un contrôle de la charge virale très basse) et le cas du bébé du Mississippi (enfant infecté par le VIH à la naissance traité dès les premiers jours de sa vie puis maintenant une charge virale indétectable après arrêt des traitements).

La taille de leurs réservoirs a été corrélée au contrôle de l’infection, d’où l’intérêt à étudier cette réserve de virus à l’abri des traitements et du système immunitaire. En passant par les mécanismes de la latence, la persistance et le rebond viral, l’effet d’un traitement précoce, la mesure et la localisation des réservoirs, la greffe de moelle osseuse… plus de 60 posters traitent de la recherche pour une rémission (« cure », guérison fonctionnelle, autres termes pour le même sujet). Une très bonne nouvelle pour l’initiative « Towards an HIV cure » lancée par l’IAS sous l’impulsion de sa présidente, le Pr. Françoise Barré-Sinoussi, en 2010. Qui se voit là largement suivie par les chercheurs.

Dès le premier jour de la conférence la PreP a impressionné. Les présentations ont à la fois montré du recul sur le passé (VOICE et l’importance de l’observance), des questionnements sur l’actualité côté traitement (le ténofovir, TDF, seul pourrait être aussi efficace que le Truvada : TDF + FTC) et côté réflexion sur les groupes à cibler pour la PrEP (étude montrant qu’un homme gay noir de moins de 25 ans sur 10, au presque, serait infecté par le VIH à Atlanta) et de l’anticipation sur la suite (avec le GSK744, un inhibiteur d’intégrase proche du dolutégravir dont la formulation en nanoparticules permet une libération prolongée, pas encore commercialisé en thérapeutique et testé ici chez des macaques mâles et femelles pour une utilisation en PreP).

Dans la recherche pour l’élimination du VIH, le domaine de la prévention de la transmission du virus de la mère à l’enfant et les traitements pour les nouveaux nés infectés font également l’objet de nombreuses présentations à la CROI (notamment, sur l’intérêt de dépister et traiter très tôt  les bébés infectés).

En bref, une CROI riche accessible sur site en podcast : www.croi2014.org