HIVR4P 2014 : Comment bloquer le transfert du VIH d’une cellule à l’autre

Publié le 31.10.2014.

Dans un poster présenté à la conférence HIV R4P, Bin Su, post-doctorant dans l’équipe de Christiane Moog (institut de virologie de Strasbourg, Inserm U 1109), rapporte une très bonne inhibition du transfert du virus entre les cellules avec un anticorps neutralisant. Celui-ci bloque à la fois l’infection d’une cellule par une particule virale et d’une cellule à l’autre. 

Afin de développer des candidats vaccins contre le VIH, les chercheurs tentent de comprendre finement comment marchent les molécules du système immunitaire. Cela passe par l’analyse des interactions entre les différents anticorps et leurs antigènes (bouts de virus). Christiane Moog et son équipe regardent l’effet des anticorps sur la particule virale à laquelle ils se rattachent et sur les différents types de cellules infectées, notamment sur les cellules présentatrices d’antigènes, les premières que le virus va rencontrer dans l’organisme au moment de l’infection. Ces cellules transfèrent le virus aux lymphocytes T CD4 (CD4), qui sont à la fois les acteurs de la réponse immunitaire, mais également les hôtes privilégiés du VIH. 

Par ailleurs, les chercheurs ont montré qu’au cours du transfert du VIH d’une cellule présentatrice d’antigène vers un CD4, il y avait une amplification de l’activation immunitaire et de la réplication du virus. L’anticorps testé bloque ce processus. Cette fonction serait à considérer pour la mise en place de nouveaux candidats vaccins contre le VIH. Dans le cadre d’un projet en cours, financé par le Fonds de dotation Pierre Bergé, l’équipe va tester le potentiel d’un large panel d’anticorps. A suivre à la prochaine conférence HIV R4P…

 

Sophie Lhuillier, Sidaction