RECHERCHE APPLIQUÉE - IMMUNOLOGIE

ACTHIV : Participation de l’infection par le CMV ou d’un processus auto-immun dans l’activation lymphocytaire T des patients infectés par le VIH-1 avec une charge virale indétectable sous traitement antirétroviral (cART).
Aides Aux Equipes

Hôpital PELLEGRIN
Laboratoire d'Immunologie et Immunogénétique - CNRS UMR 5164
BORDEAUX
Directeur du laboratoire : Pr. Jean-François MOREAU
Responsable du projet : Isabelle PELLEGRIN

RÉSUMÉ

Les thérapeutiques anti-VIH actuelles (cART) permettent dans la majorité des cas un contrôle satisfaisant de l'infection virale avec l'obtention d'une charge virale indétectable. Néanmoins, des études récentes ont montré que, bien qu'il n'y ait plus de virus circulant, il persiste chez plus de la moitié des patients, des signes biologiques d'inflammation attribués à une stimulation chronique du système immunitaire. Cette activation immune est en partie responsable de complications sévères telles que la survenue de cancers, d'évènements cardiovasculaires ou de troubles neurocognitifs. Elle constitue par ailleurs un des meilleurs facteurs pronostiques d'évolutivité de l'infection. De ce fait, l'identification des causes de cette activation constitue un challenge majeur dans la prise en charge individualisée des patients infectés par le VIH.
Les causes de cette activation immune persistante sous cART efficace sont mal définies et hétérogènes. La recherche portera sur 2 axes :
1) L'évaluation du niveau d'activation immune d'une cohorte de 200 patients VIH indétectables depuis au moins 2 ans sous traitement antirétroviral,
2) L'identification chez ces patients de deux causes possibles d'activation immune sur lesquelles il existe des thérapeutiques efficaces: l'infection par le cytomégalovirus (CMV) et les perturbations auto-immunes.

MONTANT DE LA SUBVENTION :

96 257 € sur 24 mois lors de l’Appel d’offres 2009 – Date d’échéance d’utilisation des fonds : 05/03/13