RECHERCHE Clinique - Co-infections

Etude de la prévalence et de l’impact clinique des co-infections par le virus de l'hépatite delta (VHD) chez les patients co-infectés VIH-VHB au CTA de Nouakchott, Mauritanie.
Aides Aux Equipes, Recherche Clinique

Financement

Porteur du projet : Françoise LUNEL FABIANI

Laboratoire : Laboratoire de Virologie - CHU d’ANGERS
ANGERS - Pays de la Loire

Montant : 93764€ - Durée : 24 mois.

Résumé

L’infection par le VIH touche à peu près 0,5% de la population en Mauritanie. L'hépatite B est beaucoup plus fréquente et touche plus de 15% de la population générale. Chez les sujets infectés par le virus de l'hépatite B (VHB), l’équipe a montré récemment une fréquence élevée (de l'ordre de 15 à 30%) des hépatites Delta, associée à une sévérité plus grande de l'atteinte du foie pouvant être responsable de cirrhose et de cancer du foie.
L’objectif de ce projet est d’évaluer la fréquence et les conséquences cliniques des infections par les virus des hépatites B et Delta chez les patients vivant avec le virus VIH (PVVIH) et de mettre en place en Mauritanie des outils biologiques permettant d’évaluer les particularités de ces infections, ceci afin d’améliorer la prise en charge thérapeutique des patients.

L’équipe propose d’étudier chez les PVVIH co-infectés aussi par le VHB, les conséquences des surinfections par le virus de l’hépatite Delta (VHD) sur l'atteinte du foie. Pour cela, ils prévoient de sélectionner 300 patients consécutifs co-infectés par le VHB au Centre de Traitement Ambulatoire (CTA) de Nouakchott (file active de 2304 patients). Après confirmation de l'infection, la quantité de virus dans le sang sera mesurée. Une infection concomitante par le VHD sera recherchée. En cas de positivité, nous mesurerons aussi la quantité de virus VHD. La gravité de l'atteinte hépatique sera évaluée par un questionnaire médical sur l’état clinique, les données liées au suivi VIH et par des tests sanguins.

Aucune étude n’a été réalisée sur la triple infection VIH/VHB/VHD en Afrique sub-saharienne. Il est attendu de trouver un taux élevé de co-infections VHB/VHD chez les PVVIH par rapport aux données déjà disponibles en Mauritanie en population générale, avec un impact significatif de la triple infection sur la sévérité de l’atteinte hépatique. Cette étude est aussi une occasion de dépister les PVVIH atteints d'hépatite B traités et résistants au traitement afin de prescrire un médicament de seconde ligne actif sur le VHB et de traiter activement les patients qui ne le sont pas. L’équipe effectuera également un transfert des technologies permettant le suivi du traitement de ces hépatites (charge virale VHB). Un biologiste mauritanien sera formé au CHU d’Angers, avec le soutien financier de la coopération française à cet effet.

Année

2016