RECHERCHE Fondamentale - Immunologie

Respective roles of cell-derived extracellular vesicles (EVs) and co-isolated HIV-1 virion in HIV-induced immune dysfunctions.
Aides Aux Equipes, Recherche Fondamentale

Financement

Porteur du projet : Clotilde THERY

Laboratoire : Laboratoire d'Immunité et Cancer - INSERM U932 - Institut Curie
PARIS - Ile-de-France

Montant : 63000€ - Durée : 24 mois.

Résumé

Les personnes infectées par le virus VIH, même traitées par les tri-thérapies, ont des risques de développer d’autres maladies, en particulier liées à une hyper-activation de leur système immunitaire. Les raisons de cette hyper-activation sont mal connues. Les cellules immunitaires doivent interagir entre elles pour permettre la mise en place puis l’arrêt des réponses immunitaires. Elles utilisent divers systèmes de communication, dont un découvert depuis une vingtaine d’années, appelé « vésicules extracellulaires ». Les vésicules émises par une cellule interagissent avec des cellules environnantes pour changer leur comportement, et sont donc nécessaires aux étapes successives des réponses immunitaires. Lors de l’infection, le virus VIH emprunte les voies utilisées par les vésicules extracellulaires pour sortir de la cellule:le VIH est donc un type particulier de vésicule. Il est très difficile de séparer complètement le virus des vésicules issues de la même cellule, vésicules dont il existe également de nombreuses sortes que nous ne savons pas bien distinguer. Cette méconnaissance rend difficile de comprendre qui, du virus, ou d’une sorteou l’autre des vésicules émises par les cellules infectées, est responsable des effets néfastes sur le système immunitaire.

Le laboratoire étudie les vésicules depuis une quinzaine d’années, et a récemment trouvé des critères pour définir et séparer différentes vésicules d’une cellule immunitaire non infectée. ils ont ensuite comparé les fonctions des vésicules d’une cellule immunitaire, et ontainsi trouvé à la fois des effets communs à toutes les vésicules, et des effets particuliers. Ils ont récemment appliqué leursapproches et leursconnaissances au cas des lymphocytes T CD4 infectés, ou non, par le virus VIH. Les résultats déjà obtenus les ont fourni une liste très intéressante de protéines qui permettraient soit de séparer le virus des autres vésicules, et les vésicules entre elles, soit d’empêcher spécifiquement l’émission de l’une ou l’autre de ces vésicules.

Les objectifs de ce projet sont: 1) de trouver de nouveaux moyens de séparer le VIH et les différents types de vésicules, en utilisant nos récents résultats 2) d’identifier les effets communs et les effets spécifiques sur le système immunitaire du VIH et des différentes vésicules A l’avenir, les résultats de cette étude permettront de proposer de nouvelles thérapies pour atténuer les effets néfastes de l’infection sur le système immunitaire.

Année

2017