RECHERCHE Fondamentale - Immunologie

Rôle des récepteurs de l’immunité innée et de l’inflammation dans la régulation de l’infection VIH-1 des muqueuses du tractus reproducteur féminin.
Jeunes Chercheurs, Recherche Fondamentale

Financement

Porteur du projet : Fahd BENJELLOUN (Post-doctorat)
Responsable Scientifique : Elisabeth MENU

Laboratoire : MISTIC - Institut Pasteur
PARIS - Ile-de-France

Montant : 65 000 € - Durée : 12 mois

Résumé

La majorité des infections VIH-1 chez la femme se fait via les muqueuses du tractus reproducteur féminin (TRF). L’immunité innée est la première ligne de défense contre les pathogènes au niveau des muqueuses. Les récepteurs Toll-Like (TLRs) sont les principaux récepteurs de la réponse innée. L’équipe a développé une étude (FEMINIVI) visant à déterminer le rôle de l’activation des TLRs dans le contrôle de l’infection par le VIH-1 au niveau des différents compartiments (vagin, col, utérus) du TRF. Ils ont pu montrer que la stimulation de certains TLRs inhibe l’infection par le VIH-1 au niveau de l’utérus. Cet effet est aussi observé dans le vagin mais doit être validé sur un plus grand nombre de prélèvements. Toutefois, au niveau du col, lieu supposé de l’infection, aucun TLR testé n’a induit un contrôle significatif de l’infection. Lors de l’activation de certains TLRs une inflammation peut être induite. L’effet de cette inflammation sur l’activité antivirale est controversé, puisqu’elle peut avoir un effet protecteur contre l’infection ou néfaste en attirant localement des cellules cibles du VIH-1. L’objectif est donc de  définir le rôle de l’inflammation induite par la stimulation des TLRs sur l’activité antivirale.

L’étude sera réalisée sur des biopsies de vagin, col et utérus obtenues chez des femmes ayant une intervention gynécologique pour des causes bénignes. Deux approches seront développées: 1) l’effet de la stimulation des TLRs sur le contrôle de l’infection en présence ou non d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sera analysée à partir de cellules isolées des prélèvements, 2) les marqueurs de l’inflammation induits par la stimulation des TLRs +/- AINS et les cellules responsables de leur production seront analysés dans un contexte physiologique (où les interactions cellulaires sont préservées) à partir de fragments de tissus (explants).

Cette étude apportera des éléments de compréhension indispensables concernant les réponses efficaces à induire au niveau du TRF afin de contrôler la transmission du VIH-1 au niveau des muqueuses. Les résultats seront importants à prendre en considération pour le développement de stratégies innovantes pour la conception de futurs vaccins protecteurs ou de microbicides contre la transmission du VIH-1.

Année

2016