RECHERCHE Fondamentale - Immunologie

Influence de l'infection à VIH sur l’induction des réponses lymphocytaires T cytotoxiques.
Jeunes Chercheurs, Recherche Fondamentale

Financement

Porteur du projet : Mariela PICCIN (Post-doctorat)
Responsable Scientifique : Victor APPAY

Laboratoire : Centre d'Immunologie et des Maladies Infectieuses - INSERM U1135 - Hôpital de la Pitié-Salpêtrière
PARIS - Ile-de-France

Montant : 100 000 € - Durée : 24 mois

Résumé

Les lymphocytes T CD8+ cytotoxiques du système immunitaire sont des acteurs clef du combat contre le VIH chez les patients infectés. Les propriétés fonctionnelles de ces cellules semblent être essentielles pour un contrôle efficace du virus, comme ceci a été démontré chez les patients VIH+ contrôleurs naturels. La mise en place de réponses immunitaires T CD8+ fonctionnelles dépend en grande partie de l’étape initiale d’induction de ces cellules. Cependant, les facteurs qui peuvent empêcher ou favoriser l’induction efficace des réponses immunitaires T CD8+ pendant l'infection par le VIH demeurent très mal connus.

L’objectif du projet est donc de mieux comprendre l'efficacité des lymphocytes T CD8+ contre le VIH en mettant l'accent sur l’étude de l'étape initiale d’induction de la réponse immunitaire, et les facteurs potentiels qui influencent cette étape dans le contexte de l'infection par le VIH. Ceci pourrait aider à améliorer l'induction de lymphocytes T CD8+ fonctionnels chez les patients infectés par VIH. Au cours de ce projet seront étudiés (i) les propriétés fonctionnelles des lymphocytes T CD8+ nouvellement induits à partir de cellules de patients infectés par le VIH à différents stades de l’infection, et (ii) l'influence de différentes souches du VIH sur l'induction des lymphocytes T CD8+. Ce travail s'appuiera sur des approches technologiques récemment développées par les laboratoires de Victor Appay et ses collaborateurs pour analyser les lymphocytes T CD8+ purifiées du sang, et évaluer leurs propriétés fonctionnelles, ainsi que sur un modèle original in vitro pour évaluer la capacité d’induction des lymphocytes T de patients. Les résultats de ce projet auront des implications directes pour la compréhension du contrôle immunitaire du VIH, ainsi que l'optimisation des stratégies vaccinales contre le VIH.

Année

2017