RECHERCHE Fondamentale - Physiopathologie

Implication du VIH et des traitements antirétroviraux dans les atteintes métaboliques du tissu graisseux : rôle du vieillissement et de la fibrose.
Jeunes Chercheurs, Recherche Fondamentale

Financement

Porteur du projet : Jennifer GORWOOD (Thèse)
Responsable Scientifique : Claire LAGATHU

Laboratoire : Centre de Recherche Saint-Antoine - INSERM UMRS938 - Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie
PARIS - Ile-de-France

Montant : 94 898  € - Durée : 36 mois

Résumé

Les patients infectés par le VIH sous traitement antirétroviral (ARV) présentent de nombreuses maladies associées au vieillissement, mais de façon accentuée par rapport à la population générale. On retrouve notamment des atteintes cardio-vasculaires et métaboliques, associées à une mauvaise répartition de la masse grasse appelée lipodystrophie. Précédemment, elle se caractérisait par une perte du tissu adipeux sous-cutané (TASC) soit généralisée, soit au niveau du visage et des membres contrastant avec une accumulation de TA au niveau abdominal. Les principaux facteurs de risques étaient l’infection par le VIH et la durée et la classe du traitementARV. Malgré des combinaisons actuelles d’ARV moins agressives sur le tissu adipeux, certains patients présentent une accumulation de graisse abdominale dont la cause reste mal comprise. Des données préliminaires du laboratoire suggèrent un rôle à la fois du virus et des ARV dans la fibrose et l’inflammation du TASC et TA viscéral (TAV) des patients infectés par le VIH. L’hypothèse émise est que le TA de ces patients présente un vieillissement accentué qui aurait une répercussion néfaste et participerait aux atteintes cardiométaboliques.

Pour étudier le vieillissement du TA, l’équipe a choisi un modèle original de culture tridimensionnelle (3D) de précurseurs des cellules adipeuses qui permettra de répondre à plusieurs objectifs. Le 1er objectif sera de rechercher si les protéines du VIH et les ARV, seuls ou en association, induisent un vieillissement prématuré des précurseurs des cellules adipeuses, en fonction du TA d’origine (TASC, TAV) et de l’âge du donneur (jeune, âgé). Le 2nd objectif sera de déterminer si ce vieillissement cellulaire est associé à une fibrose qui affecterait la différenciation et la fonction de ces cellules. Le 3ème objectif sera de tester si des molécules thérapeutiques peuvent prévenir ces effets. La culture 3D des cellules adipeuses est une technique innovante qui permettra d’aborder les voies de mécano-transduction, qui répondent à des signaux de pression mécanique, très impliqués au cours de la différenciation, voies jusque là jamais explorées dans le cadre de l’infection par le VIH


Ce travail permettra d’évaluer les effets toxiques des protéines du VIH seules ou en association avec des ARV sur les cellules adipeuses en fonction de l’âge du sujet. Ces données permettront de comprendre les mécanismes qui participent aux atteintes cardio-métaboliques observées lors du vieillissement des patients.

Année

2016