RECHERCHE Fondamentale - Virologie

Étude structurale 3D des mécanismes de contrôle de la synthèse protéique par le VIH.
Recherche Fondamentale

Financement

Porteur du projet : Justine MAILLIOT (Post-doctorat)
Responsable Scientifique : Marat YUSUPOV

Laboratoire : Institut de Génétique et de Biologie (IGBMC) - Institut de Génétique et de Biologie Moléculaire et Cellulaire - IGBMC
iLLKIRCH - GRAFFENSTADEN - Grand Est

Montant : 114 492  € - Durée : 24 mois

Résumé

Dans toutes les cellules vivantes, les ribosomes sont de gigantesques machines responsables de la synthèse des protéines, appelée « traduction ». Chez l’humain, des facteurs assistent le ribosome pour reconnaître une « coiffe » situé à l’extrémité du message codant pour une protéine donnée, « l’ARN messager » (ARNm), afin de débuter la traduction. Cependant, tous les ARNm n’en sont pas pourvus, mais ils sont pourtant traduits.

Le projet a pour but d’analyser l’initiation de la traduction par des séquences d’ARN appelées « IRES », qui sont situées dans l’extrémité non traduite des ARNm et dont les structures secondaire (2D) et tridimensionnelle (3D) permettent une initiation de la traduction sans qu’une coiffe ne soit présente. Ce système d’initiation non conventionnelle de la traduction est plus particulièrement utilisé par les virus afin de détourner le ribosome de l’hôte et par les cellules tumorales afin de promouvoir l’angiogenèse et leur prolifération.

Résoudre la structure 3D d’un IRES de Virus d’Immunodéficience Humaine (VIH) associé au ribosome par radiocristallographie serait une première mondiale et permettrait de déterminer les mécanismes fins impliqués dans cette initiation non conventionnelle de la traduction, ouvrant la voie à des études anti-VIH dont ces mécanismes seraient la cible.

Année

2016