RECHERCHE Fondamentale - Virologie (VIH)

Cribles génétiques pour l’identification et la compréhension des mécanismes d’action des inhibiteurs de l’infection par le VIH-1 induits par l’interféron.
Aides Aux Equipes, Recherche Fondamentale

Financement

Porteur du projet : Caroline GOUJON
Equipes Partenaires : Jean-Luc BATTINI (IGMM, Montpellier)

Laboratoire : CNRS FRE3689 - Centre d'études d'agents Pathogènes et Biotechnologies pour la Santé - CPBS
MONTPELLIER - Occitanie

Montant : 60000€ - Durée : 24 mois.

Résumé

L’interféron est une molécule produite par les cellules infectées suite à la détection par celles-ci d’agents pathogènes (virus ou bactéries). Elle constitue la première ligne de défense de l’organisme contre les infections. L’interféron induit l’expression d’un grand nombre de gènes (les « gènes stimulés par l’interféron »), dans les cellules infectées et les cellules avoisinantes. L’expression de ces gènes conduit à la mise en place dans les cellules d’un état dit « antiviral », qui permet de limiter la multiplication des virus. Comme tous les virus, le virus de l’immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1) est un parasite intracellulaire, c’est-à-dire qu’il a besoin d’entrer dans des cellules pour se multiplier. Il est possible de cultiver ce virus in vitro, dans des cellules modèles. Mais lorsque l’on traite ses cellules cibles par de l’interféron, le VIH-1 ne peut plus se multiplier efficacement. Certains acteurs cellulaires de la réponse interféron ont été identifiés au cours des dernières années. Par exemple, la protéine MX2 semble inhiber l’import dans le noyau du matériel génétique viral. La protéine TRIM5alpha, qui limite la transmission interespèce du VIH-1 et de ses homologues simiens, agit après l’entrée du virus à l’intérieur des cellules. Mais les mécanismes d’action de ces facteurs ne sont pas complètement compris. De plus, des acteurs clés de la réponse interféron restent non identifiés à l’heure actuelle. En effet, l’étape de transcription inverse du VIH-1 (au cours de laquelle le matériel génétique viral à ARN est convertit en ADN) est puissamment bloquée par des inhibiteurs cellulaires inconnus et qui sont induits par l’interféron.
Dans ce contexte, ce projet a pour but d’identifier de nouveaux acteurs cellulaires de la réponse interféron contre le VIH-1, en employant notamment une technologie récente et extrêmement puissante de modification du génome humain (CRISPR/cas9), dans des lignées cellulaires modèles. Le mécanisme d’action des acteurs identifiés, ainsi que des protéines TRIM5alpha et MX2, seront étudiés en détail, en employant un autre type de crible génétique. Mieux connaître les défenses naturelles des cellules contre le VIH-1 pourrait en effet permettre, dans le futur, de guider de nouvelles stratégies thérapeutiques antivirales.

Année

2016