RECHERCHE Fondamentale - Virologie (VIH)

Etude d’un nouveau protagoniste dans la bataille moléculaire virus-cellule.
Jeunes Chercheurs, Recherche Fondamentale

Financement

Porteur du projet : Michaël MARTIN (Thèse)
Responsable Scientifique : Florence MARGOTTIN-GOGUET

Laboratoire : INSERM U1016 - CNRS UMR8104 - Institut Cochin
PARIS - Ile-de-France

Montant : 96 477€ - Durée : 36 mois

Résumé

Les virus VIH-1 et VIH-2, virus responsables du « Syndrome de l’Immunodéficience Humaine Acquise » ou SIDA, sont des experts pour manipuler les machineries de la cellule infectée afin de se propager et échapper aux défenses immunitaires de l’hôte. La plupart du temps, l'environnement de la cellule est favorable au virus, il y puise tout ce dont il a besoin pour survivre : énergie, nucléotides pour construire son propre matériel génétique, protéines pour assurer différentes fonctions vitales. Mais, fort heureusement, la cellule a développé des armes pour se défendre des infections. Comment la cellule se défend de l'infection virale et comment le virus contrecarre les défenses cellulaires sont les questions qui intéressent l’équipe.

Au cours de la bataille moléculaire qui sévit entre hôte et virus, les protéines auxiliaires du VIH jouent un rôle capital. En effet, elles inactivent des facteurs cellulaires, appelés facteurs de restriction, dont la présence est défavorable à la multiplication du virus. D’ailleurs, la présence des facteurs de restriction est souvent plus forte dans des cellules résistantes à l’infection virale. Le laboratoire a récemment découvert une protéine cellulaire qui répond aux critères du facteur de restriction : elle présente une activité antivirale et est inactivée par une protéine du virus.

Les facteurs de restriction qui agissent à l’interface hôte-virus pourraient représenter un élément clé de l’évolution de la maladie et de la transmission du virus, de ce fait leur découverte suscite toujours beaucoup d’intérêt. Le projet présenté propose une étude exhaustive du nouveau facteur de restriction identifié, sur lequel très peu de chose est connue, pour en comprendre le mécanisme antiviral et caractériser la régulation de ce mécanisme. Identifier des barrières cellulaires qui contrecarrent le virus peut représenter une étape vers le développement de nouvelles approches thérapeutiques.

Année

2017