RECHERCHE Fondamentale - Virologie (VIH)

Caractérisation des virus présents dans le réservoir VIH chez les patients.
Jeunes Chercheurs, Recherche Fondamentale

Financement

Porteur du projet : Alexandre NICOLAS (Thèse)
Responsable Scientifique : Fabrizio MAMMANO

Laboratoire : Génétique des virus et pathogenèse des maladies virales - INSERM U941 - Institut Universitaire d'Hématologie  - Hôpital Saint Louis
PARIS - Ile-de-France

Montant : 97 200 € - Durée : 36 mois

Résumé

Le principal obstacle à la guérison de l’infection par le VIH est dû à la persistance de cellules qui portent l’ADN du virus intégré dans leur génome. Ces cellules quiescentes ne produisent pas de virus et peuvent persister de nombreuses années constituant « le réservoir » du VIH. Le traitement n’a pas d’effet sur le virus qui reste silencieux. En cas d’arrêt thérapeutique, le virus présent dans le réservoir peut à tout moment ré-émerger, si la cellule qui l’abrite est stimulée.

Plusieurs équipes se sont engagées dans l’étude de ce réservoir chez les patients, afin de pouvoir tester l’efficacité d’interventions thérapeutiques censées le réduire. Pour mesurer le réservoir, les cellules de patients sous traitement efficace sont mises en culture et stimulées pour induire l’expression du virus et pouvoir ainsi quantifier le nombre de cellules qui l’abritaient. Différentes stimulations cellulaires peuvent être utilisées, ce qui entraine indirectement l’expression du VIH, mais les cellules ne répondent pas toutes aux mêmes stimulations. après avoir testé différents protocoles d’activation, y compris des protéines qui induisent directement l’expression du VIH, l’équipe a pu  mettre en évidence l’existence de cellules dans lesquelles l’émergence du virus est plus ou moins facile à induire.
Ce projet vise la caractérisation des virus dans le réservoir et la comparaison des virus plus ou moins faciles à induire. Cette caractérisation permettra de mieux appréhender le réservoir VIH afin de concevoir des stratégies qui visent sa réduction.

Année

2017