RECHERCHE Fondamentale - Virologie (VIH)

Etude du rôle des protéines Argonaute dans la latence du Virus de l'Immunodéficience Humaine de type 1 (VIH-1)
Recherche Fondamentale

FINANCEMENT

Porteur du projet : Sophie GOUDEY

Responsable Scientifique : GALLOIS-MONTBRUN Sarah

Laboratoire : INSERM U1016/CNRS UMR8104 - Institut Cochin - Arcueil - Ile-de-France

Montant : 30 273 € - Durée : 12 mois

RESUME

Pour se répliquer, le virus de l’Immunodéficience Humaine de type 1 (HIV-1), responsable de la maladie du SIDA (Syndrome de l’immunodéficience acquise) a besoin d’intégrer son génome dans celui de la cellule hôte. Lorsque le virus est actif, le génome intégré est transcrit en ARN et de nouvelles particules virales sont produites. Les thérapies antivirales visant les différentes étapes de réplication permettent de réduire la charge virale à un niveau indétectable. 

Cependant, ces thérapies ne permettent pas d’éliminer complètement ce virus. En effet, après intégration dans le génome de la cellule hôtes, certains virus restent silencieux et forment des réservoirs de virus latents sur lesquels les thérapies classiques sont inefficaces. Lors de l’arrêt des thérapies, ces virus latents sont capables d’être réactivés pour transcrire et produire de nouveaux virus. Une meilleure compréhension des mécanismes impliqués dans l’expression du génome viral et dans l’établissement et le maintien de la latence sont nécessaires à l’ établissement de nouvelles stratégies visant à éradiquer le virus chez les patients infectés. 

Le laboratoire des interactions hôte-pathogène s’intéresse à caractériser les facteurs cellulaires et les mécanismes impliqués dans l’établissement et le maintien de la latence du VIH-1. Dans ce contexte, mes travaux de thèse ont permis de mettre en évidence le rôle d’un facteur cellulaire, argonaute 1 (Ago1) dans le maintien de la latence virale. Dans des modèles cellulaires d’ intégration de virus latents, j’ai montré que l’extinction de l’expression d’Ago1 réactive le génome viral. Cette réactivation est due à une augmentation de l’étape de transcription. Lors de ma quatrième année de thèse, je propose de déterminer comment cette protéine est capable de réguler la transcription du virus. Plusieurs hypothèses sont possibles : Argonaute est capable de rendre la chromatine de la cellule hôte plus compacte et par là de réprimer la transcription. Elle peut aussi empêcher l’ARN polymérase, capable de transcrire l’ADN viral intégré en ARN, d’être recrutée sur l’ADN viral ou de progresser. Mes travaux de thèse permettront d’approfondir nos connaissances à la fois sur les fonctions d’Ago1 dans la transcription et sur les mécanismes de régulation de la latence du VIH-1.

Année

2019