RECHERCHE Sciences sociales

Etude des fonctionnements psychiques d'hommes homosexuels pratiquant le chemsex.
Jeunes Chercheurs, Sciences Sociales

FINANCEMENT

Porteur du projet : Sébastien LAMOTTE

Responsable Scientifique : François POMMIER

Laboratoire : CLIPSYD EA 4430 - Université Paris Nanterre - Paris - Ile-de-France

Montant : 93 360 € - Durée : 36 mois

RESUME

Le chemsex qui nous interroge risque d’aliéner et de couper progressivement les hommes homosexuels concernés de leur existence au profit de paradis artificiels à propos desquels les adeptes, dans un premier temps, ne tarissent pas d’éloges avant d’en pâtir sur les plans somatique et psychologique. Ces effets sont majorés par le rapport au temps qu’implique le chemsex. Ainsi, un « plan slam » peut durer, du fait des drogues, plusieurs jours consécutifs. Cette élation temporelle se trouve favorisée par la multiplication des réseaux sociaux de sexe des dernières années. Nous aborderons l’étude des mécanismes à l’œuvre au sein des fonctionnements psychiques des sujets qui nous intéressent par un questionnement sur les fonctions psychiques qu’occuperaient le recours au chemsex et sur la nature des processus qu’il engagerait, cela à l’aune des vécus d’homosexualités, de séronégativités/séropositivités en question, ou de -volonté de - non savoir à ce sujet. Cette recherche s’effectuera auprès d'hommes exprimant d’eux-mêmes certaines difficultés liées à la consommation de drogues. Nous opterons pour une démarche de recherche hypothético-déductive. Notre analyse qualitative d’ orientation psychanalytique se fera notamment à l’aide du logiciel Nvivo qui permet, via le regroupement des champs lexicaux, d’analyser avec plus de précision les verbatim. Nous mènerons des entretiens semi-directifs. 

Conformément aux quotas classiques d'une recherche en psychologie psychanalytique, notre recherche se concentrera sur une vingtaine de sujets chemsexeurs de tous âges que nous rencontrerons idéalement cinq fois chacun via les milieux hospitalier et associatif. Nous donnerons également la parole à quelques soignants entourant les usagers avec l’idée que leurs expériences du terrain clinique et leurs interprétations constitueraient des éclairages précieux. Nous nous garderons de tout jugement moral sur les choix des personnes concernant la gestion de leur santé. Notre but sera de tenter de comprendre les pratiques d’identités singulières et d’apporter des éléments qui aideraient à une meilleure prise en charge soignante des patients chemsexeurs rencontrant des problèmes avec leurs consommations, et ce quels que soient leurs statuts sérologiques, de même qu’à de meilleures stratégies de prévention par les différents acteurs du domaine

Année

2019