RECHERCHE Sciences Sociales - Anthropologie

Accès aux soins et politiques migratoires en Europe : le parcours de vie des migrants subsahariens vivant avec le VIH et l'hépatite B en France et en Italie.
Jeunes Chercheurs, Sciences Sociales

Financement

Porteur du projet : Cécilia SANTILLI (Fin de Thèse)
Responsable Scientifique : Laurent VIDAL

Laboratoire : Sciences Economiques et Sociales de la Santé et Traitement de l'Information Médical - SESSTIM - INSERM UMR912 - Observatoire Régional de la Santé PACA
MARSEILLE - Provence Alpes Côte d'Azur

Montant : 33 800 € - Durée : 12 mois

Résumé

En France et en Italie le VIH/Sida et l'hépatite B touchent beaucoup de migrants qui proviennent de l'Afrique Subsaharienne. Une partie importante de cette population connaît des expériences de précarité au cours des premières années après son arrivée en France et en Italie. Ces expériences augmentent le risque d’infection et allongent les délais pour l’accès aux soins. La France et l’Italie ont des lois sur la santé des migrants similaires car, différemment des autres pays européens, elles garantissent l’accès aux soins et au permis de séjour aussi aux migrants « irréguliers ». En dépit de cette ouverture politique, de plus en plus de migrants n’arrivent pas à accéder à ces droits à cause du durcissement des politiques migratoires. Ces difficultés se manifestent de manière différente car les deux pays diffèrent quant à l’organisation de la prise en charge des migrants « irréguliers », au rapport entre associations et institutions et aux stratégies politiques de lutte contre les deux infections.

Comment les associations mettent en oeuvre les différentes stratégies publiques de lutte contre le VIH et l’hépatite B et de contrôle des flux migratoires pour conduire au mieux leurs actions auprès des ''primoarrivants'' atteints par ces deux affections ? C'est ce que ce projet cherche à comprendre avec une étude comparative de deux structures qui s'occupent des migrants en France et en Italie (COMEDE en France, SAMIFO en Italie). Il apparaît que les différentes politiques nationales et le travail des associations influencent les moyens d'agir et le vécu des migrants malades du VIH/Sida et l'hépatite B.

L'analyse associe une étude ethnographique (observations et entretiens avec les professionnels travaillant à l’intérieur et à l’extérieur des deux structures- et les migrants) et une étude de tout ce qui documente les évolutions politiques de la prise en charge et la lutte contre le VIH/Sida et hépatite B.

Ce projet permettra de comprendre la manière dont les pouvoirs publics influencent les moyens mis à la
disposition des associations pour une meilleure prise en charge des migrants malades. L'analyse comparative sera utile pour mieux cerner les particularités inhérentes à chaque pays pour la prise en charge et la façon dont elles déterminent la vie des migrants de nos jours.

Année

2016