RECHERCHE Sciences Sociales - Epidémiologie

Faisabilité et acceptabilité du dépistage infirmier ciblé du VIH par test rapide dans les services d'urgences d'Ile-de-France.
Jeunes Chercheurs, Sciences Sociales

Financement

Porteur du projet : Judith LEBLANC (Post-doctorat)
Responsable Scientifique : Anne-Claude CREMIEUX

Laboratoire : UMR 1173 - EPIM - Hôpital de Garches
GARCHES - Ile-de-France

Montant : 86 004  € - Durée : 18 mois

Résumé

Aujourd’hui en France, le test de dépistage du VIH est réalisé à la demande des personnes notamment dans les centres de dépistage, ou à la demande du médecin, essentiellement en présence de symptômes évocateurs de l’infection. Pourtant, plusieurs milliers de personnes sont infectées sans le savoir. Dépister tôt le VIH permet d’éviter les complications liées à l’infection et aussi d’éviter la transmission du virus à d’autres personnes. Pour améliorer le dépistage, les autorités françaises ont recommandé qu’un test soit proposé en routine dans les structures de soins à toutes les personnes venant consulter, sauf si elles le refusent. Une étude menée dans les services d’urgences en 2010 a montré que la proposition d’un test rapide du VIH en routine par les équipes infirmières était faisable et bien acceptée par les consultants. Cette étude a aussi montré que la grande majorité des nouveaux cas d’infections diagnostiquées concernait les groupes les plus exposés au risque d’infection par le VIH et notamment les hommes homosexuels et les personnes nées en Afrique Subsaharienne.

L’étude DICI-VIH cofinancée par l’ANRS et l'AP-HP a visé à évaluer l’intérêt de mettre en place aux urgences un dépistage par test rapide réalisé par les infirmières uniquement chez les personnes les plus exposées au risque de VIH. Les critères de faisabilité et d’acceptabilité de cette démarche par les patients et les équipes soignantes des urgences seront analysés. Elle constitue un volet majeur de compréhension des possibilités d’implantation d’une nouvelle stratégie de dépistage. Si les résultats de ce travail sont concluants, une telle stratégie pourrait être généralisée dans les urgences d’Ile de France.

Année

2016