SCIENCES SOCIALES - ÉPIDÉMIOLOGIE

Origines migratoires et recours au dépistage VIH (ORMIRED)
Jeunes Chercheurs

Dr Anabelle LAPOSTOLLE
Post-doctorant

Structure : Hôpital Saint-Antoine  - INSERM UMR - S707
PARIS
Responsable : Pierre CHAUVIN

RÉSUMÉ

Malgré une offre de dépistage importante et diversifiée en France, il persiste de nombreux retards dans le recours au dépistage puisque 36% des personnes infectées sont dépistées alors qu’elles sont déjà à un stade sida ou avec une immunité déjà très altérée. Ces dépistages tardifs se traduisent par des retards dans l’accès aux soins et aux traitements antiviraux et par des conséquences péjoratives sur la survie des malades. La méconnaissance de la séropositivité au moment du diagnostic sida concerne, encore aujourd’hui, une proportion importante de franciliens. Cette proportion est plus élevée chez les personnes de nationalité étrangère que chez celles de nationalité française et cela quel que soit le mode de contamination ou le sexe. Malgré cela, les déterminants sociaux du recours au dépistage dans les différents groupes migratoires de la population générale résidente en France restent peu étudiés.
Dans ce contexte l’objectif spécifique de ce projet est de mettre en évidence les déterminants individuels et contextuels du recours au dépistage du VIH – en distinguant le type de dépistage (volontaire ou non)  - selon les origines migratoires (immigrés, enfants d’immigrés et population majoritaire). Une attention toute particulière sera portée aux populations d’origine maghrébine pour lesquelles très peu d’analyses statistiques ont été menées en France

MONTANT DE LA SUBVENTION :

112 772 € lors de l’Appel d’offres 2011 – Fin du contrat : 28/02/2014